Dear old England, where are you?

Publié le par Sandra

 

  MLAM m'a dit hier, souffrant à mon avis d'une petite attaque de jalousie commencée quand j'ai eu mon nouvel ordinateur (je ne suis pas bien sûre de vouloir déterminer s'il est jaloux de moi ou de l'ordinateur) : "Ne mets pas trop de trucs sur ton blog, après t'auras plus rien à dire !". Mais, forte de la conviction qu'une bavarde comme moi trouvera toujours des choses à dire et que le sujet se prête à d'infinis commentaires, et profitant que ledit LAM est sorti pour affaire, je reprends le clavier pour vous faire part d'un sourd sentiment d'inquiétude qui m'a envahie lors de la semaine dernière passée au royaume de Sa Très Gracieuse Majesté.

    Est-ce que je suis vraiment en Angleterre ? Je ne voudrais pas faire celle qui a fait l'Indochine et qui vous explique qu'à l'époque, c'était autre chose mais je suis allée régulièrement au RU depuis bientôt vingt ans (un commentaire sur mon âge, quelqu'un, si, là au fond, j'ai entendu quelqu'un ricaner !) et, spécial dédicace to my dearest mum, j'ai appris à aimer ces petites idiosyncrasies britanniques. Mais si, vous savez, la conduite à gauche évidemment, le robinet d'eau chaude toujours à droite, la façon dont les vendeurs vous disaient, avec cet air de parfaite courtoisie, "I'm afraid" dès qu'ils n'avaient pas ce que vous cherchiez.

    Le truc, c'est que dans les huit dernières années, je ne suis allée qu'en Ecosse (ce qui est différent pour tout un tas de raisons) et en Angleterre même, seulement dans les ports car en croisière sur notre modeste yacht de quarante cinq mètres de long avec chauffeur. Donc, je ne me rends pas compte si le changement a été brusque ou si c'est moi qui hallucine.

    Le changement donc est que j'ai trouvé l'Angleterre horriblement américanisée. Horriblement, le mot est trop fort mais, j'ai vu des voitures de sport rouges (tellement unbritish), des gros 4*4 partout, pas un seul, je dis bien pas un, robinet d'eau chaude à droite et les vendeurs et autres agents immobiliers vous disent quand vous partez "Take care" avec cette capacité tout américaine à vous parler comme votre meilleure amie perdue depuis dix ans puis retrouvée dans des circonstances dramatiques, alors que vous ne les connaissiez pas deux minutes plus tôt. En plus avec les panneaux "à vendre" "à louer" partout dont je parlais , on se croirait vraiment dans ce que la presse française montre des Etats-Unis de la crise des subprimes.

    Positivons me direz-vous, si le robinet d'eau chaude avait été à droite, j'aurais hurlé dans la catégorie "comment peut-on être anglais ?" que je m'étais ébouillantée en voulant me laver les mains. Ce n'est pas forcément désagréable non plus que les vendeurs aient perdu cette habitude de vous donner l'impression que s'ils pouvaient prendre avec vous des pincettes et des gants ultra épais, spécial insecticide puissant, ils le feraient volontiers, puisqu'après tout vous êtes "an alien".

    Nevertheless, je suis inquiète et je n'ai plus qu'à espérer que cette bonne vieille Angleterre en a encore sous le pied pour me prouver qu'elle sera toujours cette Albion éternelle pour laquelle les Français, entre autres, éprouvent une grande tendresse. Si vous pouvez m'en envoyer des preuves, n'hésitez pas, ça me remontera le moral. Si au contraire, vous avez des éléments confirmant mon hypothèse sur l'américanisation ambiante, n'hésitez pas non plus, ça me fera une occasion de crier triomphalement que j'avais une fois de plus raison.

    En attendant, take care.

Publié dans Dear old England

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

LePtibi 29/11/2008 16:03

dans le chapitre Dear old England, where are you?
que devient "the jelly" ?
si si,tu sais l'espèce de petit monticule flasque et tremblotant genre méduse aux couleurs acidulées genre Queen's hats et à la senteur de vernis à ongles . Ce fut ma 1ère expérience traumatisante de food anglaise il y a .....plus de 50 ans !

Charron 25/11/2008 18:26

Je suis d'accord avec "bavarde" ! Mais, maintenant faut que je finisse la lecture...