Craquage de cordage

Publié le par Sandra

    Une petite anecdote de traduction que MCET a portée aujourd'hui à mon attention. Evidemment, le zozo passe ses journées (OK, j'exagère un peu) scotché sur le site du Vendée Globe à suivre les dernières nouvelles, quand il ne chouchoute pas sa navigation sur Virtual Regatta.
    Or donc, il a remarqué en lisant un mail de Samantha Davies dans un article intitulé "Usures de cordages" une phrase qui n'a pas de sens : "C'est une réparation temporaire de la forme d'une étrave.". La dame vient d'expliquer juste avant qu'elle s'est aperçue que sa première bosse de ris (cordage qui sert à prendre un ris, c'est-à-dire à faire un pli dans la grand voile pour en réduire la surface, et, du coup, aller moins vite, ne pas arracher tout le bordel etc) avait pété et qu'elle a grimpé sur la bôme pour faire une réparation avec un bout (cordage) de rechange. Donc, on ne voit pas comment la réparation pourrait avoir la forme d'une étrave (nez du bateau). MLAM de se demander illico quel pouvait être le texte anglais et d'aller voir la version anglaise de l'article. Et c'est là qu'il s'est aperçu que le traducteur avait dû voir bow dans bowline  sans chercher plus loin et  sans réaliser (les mauvaises langues, dont je suis, diront sans prendre la peine de vérifier) que bowline signifie noeud de chaise.
    Je voudrais pas dire, mais pour un événement sportif de l'ampleur et du prestige du Vendée Globe, ils auraient pu se payer un traducteur compétent et qui y connaisse quelque chose en voile ou au moins qui soit allé une fois dans sa vie à l'école de voile de Palavas-les-Flots pour y faire un stage d'Optimist. Comme ça, en ouvrant son dictionnaire, il  y aurait compris quelque chose. J'ai presqu'envie d'envoyer un mail au webmaster du site pour lui proposer mes services, je connais pas Palavas-les-Flots, mais je suis sûre que je peux faire mieux.
    Bon, une petite note positive pour finir, Le Cam est vivant et tout le monde espère que ses seules séquelles sont d'avoir la peau des orteils toute fripée après son long bain de vingt quatre heures.

Publié dans Lost in translation

Commenter cet article