Prince Charmant

Publié le par Sandra

    Une controverse un peu surréaliste pour des esprits français mais qui ici prend autant d'importance dans la presse que l'offensive israëlienne sur Gaza : la dernière connerie du Prince Harry, le cadet du Prince Charles et de feue Lady Di. Le tabloïd News of the World a révélé qu'il y a trois ans dans un genre de journal intime vidéo, Prince Charming avait traité en rigolant un soldat de son régiment de "paki" (terme raciste désignant tous les habitants et personnes originaires du sous-continent indien), un autre qui avait la tête emmaillotée dans un tissu de camouflage de "raghead" (terme difficile à traduire qui signifie littéralement "tête de chiffon" et qui désigne dans l'argot militaire d'Irak et d'Afghanistan l'ennemi, je pense qu'en terme de connotation raciste c'est entre "barbu" et "bougnoul" pour désigner un arabe/musulman/persan/sikh avec toute la confusion dans les idées qu'on connaît à la rhétorique raciste). Ajoutons à ça qu'il s'est filmé en train de faire un faux appel téléphonique à Elizabeth II, plutôt marrant, où il lui dit 'my love to the corgis (les chiens préférés de la reine)' et 'God save you'. Le problème est que la reine est le commandant en chef des armées et qu'il s'est donc filmé en train de manquer de respect à son supérieur hiérarchique le plus élevé. Bref, Harry s'est une fois de plus tiré une balle dans le pied, comme le dit un journaliste du Guardian ici, avec ce léger fumet raciste qui colle vraiment à la peau du royal héritier.
    Rappelons au passage qu'une des (nombreuses) controverses provoquées par Harry avait été soulevée par le fait qu'il avait trouvé fun de se rendre à un bal costumé en soldat de l'armée du désert de Rommel, avec la croix gammée réglementaire.
    Au-delà de l'anecdote people crasse, on discerne peu à peu en lisant la presse britannique pourquoi la controverse prend une telle ampleur : comme le dit un autre journaliste du Guardian ici, le problème est que la monarchie britannique est héréditaire et qu'en troisième ligne pour la succession au trône, ils se retrouvent avec un semi-débile, comme la plupart des journalistes n'hésitent pas à l'écrire. Il y a, depuis plusieurs années, une certaine lassitude de certains Britanniques vis-à-vis de la monarchie et à chaque bourde de la famille royale, la question de la république ressort, même sous forme de boutade*.
    La deuxième chose, c'est qu'un certain nombre de Britanniques a du mal avec la "guerre contre le terrorisme". Alors, savoir que n'importe quel officier serait mis à pied voire exclu définitivement de l'armée pour des propos similaires mais que Harry ne le sera probablement pas (malgré le sondage lancé par le Times) renforce cette impression qu'ils ont que l'envoi dudit prince au combat en Afghanistan n'est qu'une opération de com et que, comme un des lecteurs du Times Online l'écrit, de toute façon les membres de la famille royale ne font jamais de vrai service dans l'armée.
    Bref, l'armée se retrouve avec une situation inextricable, à passer une fois de plus pour un nid d'aristos fin de race, raciste et homophobe (ah oui j'ai oublié, il y avait une blague sur les homos aussi, dans la fameuse vidéo), qui de toute façon échappera toujours aux dangers du combat et aux sanctions, s'ils ont été plus crétins que d'habitude, tout ça pendant que les "pakis" de base recrutés à grands renforts de campagnes pour l'égalité des chances dans l'armée se tapent la corvée de chiottes. Bien joué, la campagne de com, il est vraiment trop fort ce Harry.

*Dans le même article du Guardian on trouve ces phrases 'Does anyone want to ruin HM's last few years by raising republican flags again? Not really. She's deserved a peaceful exit.' ("Est-ce que quelqu'un a envie de pourrir les quelques dernières années de Sa Majesté en agitant de nouveau l'étendard républicain ? Pas vraiment. Elle a mérité de partir en paix.")

Publié dans Queen of who

Commenter cet article