Marketing latin

Publié le par Sandra

    Je traînouillais hier sur internet, rêvant sur les pages voyages de Libé et du Guardian et plus spécialement sur les spas et offres détente bien-être (on dit même wellness en français, maintenant) i tutti quanti, quand je suis tombée sur un truc qui m'a fait chercher frénétiquement un stylo rouge pourtant au chomage technique depuis la fin de l'année scolaire dernière. Alors que je lisais la description d'un spa naturellement idyllique et forcément paradisiaque (je n'arrive pas à retrouver la page aujourd'hui), je tombe sur la soi-disant étymologie latine de spa, tout ça assaisonné sauce "la sagesse des Romains qui savaient déjà tout même que c'était avant l'électricité  et que c'est eux qui ont inventé la roue ah non merde ça c'est les Gaulois". Le mot spa serait l'acronyme de l'expression latine sanitas per aqua (la santé par l'eau). Et là il y a un truc qui me choque, c'est que la préposition per est suivie de l'accusatif et il devrait donc y avoir aquam et non aqua.
    Du coup, je commence à avoir un gros doute sur la crédibilité scientifique de l'explication. Ajoutez à ça que l'utilisation des acronymes en latin est assez réduite à ma connaissance (c'est le moment où un de ces pinailleurs qui écrivent au journaux en commençant leurs lettres par 'Dear Sir, I strongly object' sort de sa boîte pour me renvoyer dans les dents un acronyme très utilisé à Rome et qui m'a échappé. Bon je prends le risque*.) et que je pensais qu'il était entendu que l'étymologie du nom commun spa est le nom de la ville thermale belge Spa, qui historiquement fut la première station thermale chic et branchée de l'Europe moderne (plus ). J'en étais d'autant plus convaincue que c'est MLAM qui m'a appris le truc en revenant il y a quelques années de ça d'un colloque de physique du solide (ou était-ce les Journées de la Matière Molle au nom si appétissant ?) qui avait lieu dans la station thermale en question.
    Bref, je me dis incontinent dans mon for intérieur, 'bullshit'. Et puis ça m'a travaillée, allez, pas toute la nuit mais quand même. Donc aujourd'hui en faisant quelques recherches et notamment en googlant Sanitas Per Aqua (aïe, ça fait mal de taper une grosse faute de grammaire), je me suis aperçue qu'un des sites donnait le Larousse comme référence. J'ai peu d'estime pour le Larousse (comme vous le savez il y a les pro-slip et les pro-caleçon, les plutôt mer et les plutôt montagne et les buveurs de bière opposés aux buveurs de vin et bien il y a aussi les gens Larousse et les gens Robert. Eh bien, moi, je suis plutôt un gens Robert.) mais j'avais du mal à croire à un tel craquage et d'ailleurs en vérifiant sur l'encyclopédie Larousse en ligne, je suis tombée sur l'explication ville belge, patin, couffin. D'où venait donc ce bidonnage ?
    Toujours est-il que sur les trois premières pages de recherche Google, absolument tous les résultats étaient des sites commerciaux de pub pour des spas. En plus apparemment, c'est devenu une espèce de marque déposée désignant je n'ai pas bien compris quoi. Ce qui veut dire que les Romains, ça fait vendre. Ajoutez au côté historique des thermes le petit relent de décadence et de lascivité associé à l'image antique, largement créé par Astérix et un certain cinéma italien, et pour vendre un produit bien-être massage avec des cristaux de sel de l'himalaya, c'est tout bon.
    Moralité, soit le créatif marketing du dimanche qui a pondu ce truc n'est pas capable de trouver un latiniste compétent, voire a des souvenirs trop nébuleux de ses cours de collège, et les marketeux méritent d'être lapidés, soit on a dit à celui qui a inventé ça qu'il fallait un m à la fin de aqua et il a décidé que ce n'était pas vendeur et que ce n'était pas grave parce que personne ne remarquerait la différence , auquel cas les marketeux méritent d'être lapidés en place publique avec des cristaux de sel de l'Himalaya jusqu'à ce que mort s'ensuive.
*Inutile de sauter partout comme un cabri en criant "SPQR, SPQR, SPQR !" (Senatus PopulusQue Romanus : Le Sénat Et le Peuple Romain), ce sigle devise ou emblème de la république romaine n'a jamais été utilisé comme mot à part entière.

Publié dans Le bazar des langues

Commenter cet article