(In)sécurité aérienne

Publié le par Sandra

   Si les Monty Pythons existaient encore, ils s'en donneraient à coeur joie. Passer les diverses barrières de sécurité pour embarquer sur un vol Paris-Bristol, Paris-n'importe où en Grande-Bretagne en fait, est toujours un grand moment de cinéma. Pas toujours drôle, comme la fois où j'ai dû traverser tout un terminal à Roissy dans les deux sens parce qu'Easyjet n'est pas capable d'indiquer sur son site web que si on réserve moins de deux jours avant le décollage et même si on est préenregistré, il faut passer au guichet pour une vérification d'identité (je le signale ici pour ceux qui ne seraient pas au courant, apparemment, cette mesure est imposée par les services de l'immigration britannique et consiste en une vérification d'identité et un contrôle pour voir si vous n'apparaissez sur aucun fichier de personnes recherchées ou dangereuses).
    Mais, c'est au moment du contrôle de sécurité des bagages à main que le vrai fun commence. Déjà, vérifiez que vos chaussettes sont en bon état avant de vous lancer car si vous avez des chaussures tant soit peu montantes, vous devrez les enlever (obligatoire depuis que quelqu'un a tené de faire exploser un avion au moyen d'explosif dissimulé dans ses talons). Bonjour la honte si vous êtes parti en catastrophe avec les chaussettes fétiches de Mamie Jacquotte reprisées maintes fois à la toile de jute. Par contre, c'est une occasion de développer une nouvelle forme d'art ou de happening conceptuel. Carrure et vêtement de joueur du rugby ? Sortez les chaussettes Hello Kitty. Uniforme de cadre sup', c'est le moment d'arborer des bas résilles couleur fuschia. Ou encore look de minette un peu kawaï, dévoilez sous les yeux de l'agent de sécurité ébaubi vos chaussettes AC/DC "I've got big balls".
    Ensuite, le surréaliste de la chose ne vient pas automatiquement des voyageurs facétieux mais bien souvent des règles de sécurité elles-mêmes. Et oui, maintenant que les Américains ont abandonné leur depuis longtemps culte questionnaire (vous savez celui qui vous demandait si vous étiez un terroriste et si vous entriez sur le territoire américain pour assassiner le Président des États-Unis. Combien d'entre nous ont fantasmé sur le fait de voir la tronche du mec de la douane si on répondait oui *), les Britanniques ont vu l'ouverture, comme nous l'a rapporté un copain venu nous rendre visite récemment. Dans l'échange de mails préliminaires, j'avais bien entendu spécifié que le droit de péage pour être hébergé chez nous était la fourniture de fromage français et plus particulièrement de Selles-sur-Cher, dont, tous ceux qui me connaissent personnellement vous le diront, je suis une amatrice à la limite de l'obsessionnel.
    Donc notre Vaurien est arrêté au passage de la sécurité par une agente qui commence, ô horreur, par prendre le Selles-sur-Cher pour des yaourts. Vaurien s'empressant de la détromper, elle rétorque "Oui, mais c'est tartinable". Vaurien, s'imaginant déjà sans doute ma crise de convulsions s'il arrivait à Bristol sans le chèvre convoité, eut alors THE réflexe qui a sauvé la journée : il a pris un air scandalisé et protesté avec la digne virulence de la vertu offensée que jamais, au grand jamais, le Selles-sur-Cher n'était tartinable ("TARTINABLE ? Du Selles-sur-Cher ? Non, vous vous méprenez, du tartare (air méprisant), je veux bien mais du selles-sur-Cher !"). Finalement, peut-être intimidée par son air d'impératrice outragée, l'agente de sécurité l'a laissé passer.
    Que des règles de sécurité se prétendent sérieuses et inébranlables quand elles sont fondées sur la connaissance ou l'ignorance des textures de chaque fromage français selon le degré de maturation, ça nous fait bien rigoler. Maintenant on sait d'où vient le cliché courant parmi les Anglais de la discussion de dimension épique susceptible de diviser n'importe quel groupe de Français s'il s'agit de fromage. Peut-être même n'ont-ils inventé ces règles ubuesques que pour le plaisir secret de provoquer chez ces voisins pour qui ils ont
, au fond, tant de tendresse des discussions byzantines sur la tension de surface d'une goutte de cancoillotte.

* Don't try this at home.

Publié dans Ici là-bas

Commenter cet article

virg 09/03/2009 08:38

dans le genre controle idiot... J'ai du boire du biberon de lait de ma fille pour prouver que c'etait pas de l'explosif!!