Dear sir, I strongly object...

Publié le par Sandra

   En traînant sur le site du Guardian entre deux balades avec les copines venues nous visiter* et une traduction russe sur la corrosion des métaux dans les solutions aqueuses d'acide trifluoroacétiques** (non, ce titre n'est pas inventé et oui, j'aime ma vie), je suis tombée sur un top ten des pubs ayant entraîné le plus de plaintes auprès de l'Advertising Standards Authority qui régule au pays de Sa Très Gracieuse Majesté les publicités présentées au public. Évidemment, je me jette dessus parce que 1) les pubs anglosaxonnes sont souvent marrantes et 2) ça permet de se rendre compte de ce qui choque le plus les Britanniques. À part une manifestation d'homophobie fanatique (à l''égard d'une pub Heinz qui montre un couple d'hommes en train de s'embrasser juste avant que celui qui a le rôle du Daddy parte au travail et après que Mom ait donné les sandwichs aux enfants, highly shocking, isn't it?) qui j'en suis malheureusement sûre aurait été présente de la même manière en France, j'ai tout de même pu repérer quelques spécificités grandes bretonnes.
    D'abord, et oui, je sais, ça tourne à l'obsession, je devrais consulter, un truc sur les chiens, bien sûr. On voit un chien en train de chanter à la place du passager d'une voiture et des gens se sont inquiétés que le pauvre animal ait été maltraité. D'autres n'en avaient en fait rien à faire du chien mais signalaient que c'était contraire au code de la route.
    Ensuite, évidemment dans la grande tradition des Anglais coincés du postérieur, une plainte pour une pub, assez belle en fait, montrant des animaux anthropomorphes femelles faisant une chorégraphie lascive qui ne m'a pas semblé d'ailleurs très différente d'une pub Tahiti Douche. Il est à noter que la pub avait déjà été, avant toute plainte, programmée après 22 heures. Des plaintes pour une pub qui fait allusion à l'adultère. Ben oui, les Puritains, c'est ici qu'ils les ont inventés. Et le plus fort, peut-être, une pub faisant apparaître sur une affiche le mot "porno", goodness gracious me !
    Et puis enfin, stupéfaction, l'OVNI intégral : 123 plaintes contre une pub montrant un extrait d'un concert de Piaf pour faire la réclame d'une chaîne d'opticiens. 123 Britanniques se sont donc indignés au motif qu'utiliser ces images pour une affaire aussi triviale que des lunettes manquait de respect à la mémoire d'Edith Piaf. Je veux dire, enfin, on n'est pas en train de parler de la Reine Victoria ou de Florence Nightingale, mais de Piaf, une FRANCAISE ! Unbelievable!
    Allez, je ne peux pas résister, je vous mets la vidéo.




* Une lectrice attentive mais néanmoins dans l'erreur m'a signalé ce qu'elle a pris pour un anglicisme dans un précédent post
visiter. J'ai l'honneur de lui rappeler ici que ce blog n'utilise pas, repeat, pas d'anglicisme, ni de mot étranger et que l'auteur de ces lignes préférerait mourir sans sépulture plutôt que de s'adonner à cette regrettable pratique anti-française qui a envahi les écoles du royaume, jusqu'au Couvent de Oiseaux, hélas, à savoir l'apprentissage et la pratique des langues étrangères.
** "Damned, de la chimie !", diront avec horreur tous les gens de bonne compagnie. Hélas, il faut bien manger.

Publié dans Dear old England

Commenter cet article