Edito

  • : My Perfide Albion home
  • : My Perfide Albion home est un blog créé à l'occasion de mon installation à Bristol. On y trouvera donc des pensées plus ou moins inspirées sur les différences entre la Grande Bretagne et la France, sur les problèmes de traduction, puisque c'est mon métier, et sur mes tribulations gastronomiques et culinaires au pays des spam fritters et de la deep fried mars bar.
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil

Où trouver quoi ?

Nous sommes le ...

Juillet 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>
Lundi 1 juin 1 01 /06 /Juin 17:05
    Bien que la dernière fois que je me suis vantée du beau temps dont nous jouissions ici à Bristol, la justice immanente que je soupçonne d'en avoir particulièrement après moi (c'est pas parce que je suis pas parano que ...) m'ait punie par trois jours de temps atroce, la météo proprement méditerranéenne dont le royaume de Sa Très Gracieuse Majesté est gratifié depuis trois jours m'oblige à tenter le diable une nouvelle fois.
    Eh oui, on a trop chaud ici. Je suis en dos-nu à la maison, les rideaux sont fermés dans une vaine tentative pour nous défendre du soleil et après l'après-midi passé à la plage hier, je suis bronzée. C'est le moment où vous, Parisien, Parisienne qui constituez une part significative de mon aimable lectorat, prenez une teinte verdâtre dans une irrépressible attaque de jalousie, allez regarder dans la glace votre pauvre faciès blanchâtre amèrement privé de vitamine D et jurez en soupirant que vous allez émigrer dans une villa avec piscine du Lubéron. Et bien, croyez-moi, même si ce conseil vous est prodigué avec un ricanement goguenard, nul besoin d'être millionnaire ou ayant-droit de France Gall, moins cher que le Lubéron pour bronzer, il y a le nord Somerset.
    Ceci, en plus d'être une façon mesquine de me venger des Cassandre évoquées ailleurs qui nous avaient prédit la moisissure sur pied dans les terres britanniques, est une habile transition pour mes observations ethnographiques de la perfide Albion à la plage. Tout Français qui se respecte a eu l'occasion de repérer les touristes anglais en France à plusieurs indices. Leur complexion écarlate alliée à la disposition particulière de la graisse sur l'abdomen amenée par une consommation régulière si ce n'est excessive de bière, d'abord. Mais ce n'est pas là un critère absolu d'identification de l'Anglais en vacances puisque nos amis les Allemands et les Hollandais présentent bien (trop) souvent la même apparence. Non, ce qui, plus sûrement que la plaque minéralogique de la Vauxhall garée à côté, permet d'identifier le Britannique en goguette, est le fait qu'il choisit toujours de pique-niquer à moins d'un mètre de sa voiture et qu'il est invariablement équipé de mobilier de camping, d'un parasol, de trois paravents et d'une glacière et ce même pour manger un sandwich le long de l'autoroute en revenant de La Souterraine (eh oui, même dans la Creuse, ils ont l'autoroute*) à la fin du Spring bank holiday.
    Et, bien que je me considère comme relativement blindée et en tout cas bien renseignée en matière de bizarrerie britannique, j'ai été totalement scotchée de constater qu'ils font pareil À LA PLAGE. Pour nous oxygéner un peu hier avec MLAM, nous sommes allés à Brean, petite station balnéaire voisine de la plus célèbre, sans être mondialement incontournable, Weston-super-Mare. L'idée que les Anglais se font d'une partie de plage, c'est de se garer SUR la plage et, soit de rester dans leur voiture, ce que fait la grande majorité, soit de rester tout habillé sur une chaise pliante collée le long de la voiture, du côté au vent qui plus est, pour mieux profiter du sable porté par la brise. Sur toute la plage, qui est d'une longueur raisonnable, je n'ai vu qu'un couple allongé en maillot de bain sur une serviette et à en juger par ce que j'ai entendu de leur conversation, ils étaient étrangers. UNBELIEVABLE. À en croire cette carte postale datant de 1921, ce n'est même pas une folie récente à imputer au monde moderne.

    Le plus incroyable dans l'histoire est que, le long de la route, entre le fish & chips et les manèges de foire, le maillot de bain rose fluo et les bedaines à bière exposées à la vue de tous sont de rigueur. J'en suis encore toute retournée. Ils sont fous, ces Britons !

* Ceci est une annonce du service "Offensons le plus de régions françaises possibles". Il est à noter que jusqu'à récemment, comme porté à l'attention de la rédaction par un énarque mal classé qui se lamentait d'y être nommé, Guéret était la seule préfecture de France métropolitaine à ne pas être reliée à la capitale par le chemin de fer.
Par Sandra - Publié dans : Comment peut-on être anglais ?
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés