Hail to thee, Royal Mail

Publié le par Sandra

    J'avais il y a quelques temps fait plusieurs articles sur les aspects pratiques de l'installation en tant que travailleur indépendant en Angleterre et fait la remarque que tout cela me semblait plus simple qu'en France, sans toutefois oser m'avancer plus avant, faute d'expérience. Je vous le dis maintenant (presque) sans crainte, le seul moyen que HM Revenue & Customs soient pires que l'URSSAF, la caisse d'assurance maladie et la caisse de retraite des professions libérales auxquelles j'ai eu affaire, c'est que l'Angleterre soit brutalement transportée dans la Tchéquie de Kafka. Six mois après le déménagement, j'en suis encore à mettre à jour mon dossier.
    Quel rapport avec le titre de cet article me direz-vous ? Eh bien, c'est tout con. La majeure partie de mes problèmes bureaucratiques, en dehors du fait que le groupe de travail  dont je tairai le numéro qui s'occupe de moi à l'URSSAF de la région parisienne n'en fout pas une rame ou est seriously understaffed, vient du fait que les différentes administrations citées plus haut ne peuvent enregistrer ma nouvelle adresse. Pourquoi ? Parce que les codes postaux britanniques contiennent des lettres et non seulement des chiffres comme en France et que les logiciels de saisie des informations personnelles comme l'adresse refusent tout simplement un code postal qui n'est pas sous forme d'une suite de cinq chiffres. Et oui, c'est énorme, c'est le vélo sans roues ! Ajoutons à ça qu'une fois sur deux, les gens au demeurant charmants de la plateforme téléphonique n'ont pas la possibilité de modifier l'adresse (pour éviter les vengeances d'exs agités du bocal, j'imagine), que par définition, vous ne pouvez pas communiquer par courrier et que le mail, pfou, c'est trop moderne ou trop pratique ou la pile de messages non lus ne vous ensevelit pas quand elle s'écroule de votre bureau, et vous êtes complètement screwed up, dirons-nous pour rester polis, ou du moins anglais.
    J'en vois le bout enfin car Royal Mail a réussi à me faire parvenir mon attestation de radiation de l'URSSAF (nécessaire pour fournir aux caisses de sécurité sociale une raison valable de cesser de me réclamer des centaines d'euros de cotisations sociales pour l'année 2009) sans le code postal. Ce qui signifie que l'acheminement du courrier est soumis à la bonne volonté et à la connaissance locale du postier du centre de tri puis du facteur. Espérons que le Labour abandonnera son idée éminemment de gauche de privatiser Royal Mail car j'ai idée que les postiers conscientieux et altruistes, qui ont permis que ma foutue attestation m'arrive enfin et que je salue ici, seraient prestement dégraissés ou aimablement convaincus d'être plus r"entables" en cas de passage de la poste britannique au grand capital.
    Donc, mon conseil quand vous déménagez vers le Royaume-Uni, anticipez et partez du principe que tous les employés de bureau font des avions en papier avec vos courriers. Dès le début, prenez votre téléphone, dites que le code postal ne va pas rentrer dans le logiciel sauf s'ils l'écrivent à côté du nom de la commune ou qu'ils mettent une astérisque (c'est ce que m'a dit un type de la caisse de retraite, apparemment ça marche pour leur logiciel) et demandez tout de suite où vous devez faxer le courrier pour être sûr qu'ils le reçoivent et le traitent (le fax, contrairement à la boîte mail et la boîte aux lettres postale émet une sonnerie désagréable voire explose quand il a reçu trop de fax non relevés). Ca fera une petite anecdote fun dans la journée des pauvres gars qui reçoivent deux cents appels par jour de gens qui se plaignent parce qu'on ne leur a pas remboursé leur nouvelle jambe de bois en titane et il y a une chance qu'ils aient dès le début la bonne adresse. Sinon, vous êtes bons pour finir avec le Père Noël et le Leader Charismatique de la Révolution Prolétarienne *dans la liste de ceux que la poste considère comme des mythes dotés d'une adresse fantaisiste.

* 1, allée des Lendemains qui Chantent
  Hameau de Grand Soir
  1917 POUM

Publié dans Realia

Commenter cet article