Little queen

Publié le par Sandra

    Tout avait pourtant commencé normalement. Je traînais sur le site du Guardian en buvant un café en attendant de rassembler mon énergie mentale pour opérer le transfert d'attention et d'univers linguistiques de la rhétorique publicitaire informatique portable de ces derniers jours au latin alchimique du XVIe siècle de mon bien aimé Oswald Croll, quand je suis tombée sur un titre évoquant les femmes et les bicyclettes. Jusqu'ici, tout était normal, le Guardian a cette spécificité des médias de la gauche anglo-saxonne, une section Femmes qui a plus à voir avec les problématiques féministes actuelles qu'avec le supplément "Comment plaire à votre belle-mère" de La voix du Nord, que je consulte de temps en temps parce que c'est une curiosité pour quelqu'un venant de France et parce que c'est parfois intéressant. J'ai donc cliqué sur le titre et c'est là que ma vie et la civilisation britannique telle que je la connaissais ont été bouleversées.
    En effet, alors que j'avais toujours considéré, cédant peut-être en cela à la tentation du cliché de l'Anglais, ancien enfant de chœur de la C of E, très réservé, dont le compliment le plus exubérant à sa douce est "Your mother is a fine lady, you know", et comme je le disais ici il y a quelques temps, que l'Anglais n'est pas dragueur ni ne fait de commentaire lubrique voire à connotation sexuelle agressive sur les femmes dans la rue, il semblerait que ce soit complètement différent pour les femmes qui font du vélo, particulièrement en jupe. L'article étant en fait un billet du blog vélo d'une des journalistes et attirant par là moult commentaires de lecteurs, j'ai pu avoir une vision relativement complète du truc dans divers aspects.
    Premièrement, il semblerait que les femmes à vélo soient une image qui provoque immédiatement une association d'idée à teneur sexuelle* ici en Grande Bretagne, à tel point que, je vous le donne en mille, d'après un des lecteurs du blog, il y a à Cambridge et à Oxford toute une pratique institutionnalisée de reniflage de selles de vélos féminins, qui donne bien du travail aux officiers de police de Sa Majesté**. Pincez-moi, je rêve !
    Deuxièmement, étant donné que la dernière fois que j'ai fait du vélo à Paris dans les quinze dernières années, ce n'était pas en jupe, je n'étais donc pas réellement en position d'apporter un témoignage scientifiquement exploitable à cette étude***. Je me suis donc tournée vers MLAM pour avoir une opinion plus éclairée sur les femmes à bicyclette et à part une réaction vaguement en rapport avec la par ailleurs très charmante chanson de Souchon "Sous les jupes des filles", rien de commun avec la réponse obtenue par une des lectrices avec son colocataire de bonne tenue qui lui a répondu en gros "Les femmes en vélo, hum, on sait tous ce qu'on en pense." (OK je déforme peut-être un peu. La VO ici ****). Est-ce qu'il y a le même truc en France que j'aurais raté ? Mesdemoiselles, avez-vous remarqué plus de commentaires éventuellement obscènes/agressifs à vélo ? Messieurs, diriez-vous qu'il y a un mythe/une figure spéciale de la femme à vélo en jupe ?
    En conclusion, ce que j'ai appris comme leçons après cette expérience qui a radicalement changé ma vision du monde. D'abord, si on veut être bien comme il faut et utiliser son cerveau de manière honnête et optimale, il faut se méfier des clichés, particulièrement sur les Anglais si on est Français (qui a dit "mais c'est moins drôle" au fond ?). Deuxièmement, les Anglais ne sont pas aussi réservés qu'on veut bien le dire ni ne rentrent si bien que ça dans la traditionelle opposition entre le sud-catholique-macho-baroque et le nord-protestant-égalitaire-sobre à la quaker. Troisièmement, les Anglais sont bizarres et devraient se faire soigner. Soyons sérieux, renifler des selles de vélo, quoi !

* Sur un mode "Mais je pourrais peut-être entrapercevoir sa culotte !", voire "Hey mais au fait, si ça se trouve, elle n'a pas de culotte, ouarf, ouarf, oh la Bill, t'y as pensé à ça ?", qui visiblement affole les hétérosexuels britanniques.
** Pour ceux qui voudraient approfondir cette thématique, voilà l'extrait pertinent du commentaire sur le blog :

"Then there's the whole rather murky association between bicycles and female sexuality, which someone really should write a Ph.D.thesis about one day: the whole sad business of ex-public school undergraduates at Oxbridge ending up in court for going round after dark sniffing girls' bicycle saddles (a practice known in Cambrige as "pooning", I believe). The sight of a woman on a bike really does wind some people up rather badly in ways they can't even begin to explain: not just in the Islamic world but also in Europe where the Dutch Calvinist Christian People's Social Union party in the European Parliament reportedly wants women to be banned by law from riding bicycles on grounds of public morality (very popular policy, that, in Holland...)."

*** Je salue au passage la rigueur méthodique de ce lecteur du Guardian, de bonne volonté et de toute façon de bonne compagnie, puisqu'il est apparemment écossais :

"I can speak from personal experience here as a bike riding kilt wearing celto-scot. Having worn a skirt / kilt last month to attend a wedding it was interesting to note that the majority of the cat calls were from men (presumably, though not necessarily, heterosexual) e.g classic men-in-white van stereotypes of working class males (Is this pigeon-holing as distasteful and de-humanising as mysogeny?). Interestingly I received more wolf whistles (3) when I was walking as opposed to (1) when I was cycling. None from women. Not that I was counting of course. I'm not sure if this demonstrates that I was (a) more attractive on foot (b) less liable to sexual aggression on a bike (c) something else. Out of interest I was not dressed as a true scotsman, which from a practical perspective was useful as the breeze when cycling blew the kilt around somewhat"

****"My housemate - a heterosexual bloke who has a strongly feminist girlfriend and generally all very good-liberal Guardian reader about such things - quietly said 'yes, mmm, female cyclists, we all know about those' ".

Publié dans Ici là-bas

Commenter cet article

Abie 04/07/2009 11:02

Ha oui, tout de même. Mais que doivent penser les touristes britons des systèmes de vélos en *gasp* libre-service ? Y voient-il une perversion à l'égal des vitrines amstelodamoises ?
Je ne regarderai plus jamais un Vélib' de la même façon....