Idiomatic

Publié le par Sandra

    Après des vacances au pays qui nous ont permis de voir une bonne partie de la famille et des copains, de rapporter des réserves de pinard pour tenir jusqu'à la prochaine fois (MLAM et moi avons noté que nos mères respectives, bien qu'assez sobres en général, sont inquiètes, en bonnes françaises, de nous savoir exilés au pays du bouchon de bouteille de vin à vis et ont donc glissé dans nos bagages force viatiques alcooliques de cet air spécifique qu'ont les mères quand elles vous rajoutent un chandail dans la valise pour ne pas que vous preniez froid. Nous apprécions bien cette sollicitude maternelle toute gauloise et les en remercions de tout cœur) puis de revenir avec délectation chez nous, là où on conduit du bon côté de la route, je veux dire, à gauche (mon dieu, combien de crises cardiaques frôlées sur les routes françaises en s'apercevant avec effroi qu'on roule à droite de la départementale), après ces vacances donc, me voilà revenue devant mon ordinateur. C'est en m'adonnant à cette version personnelle de veille internet que j'ai repéré un article d'un blog du Guardian et ses commentaires sur les différentes expressions imagées (en anglais idioms, d'où le titre de ce post).
    Allez y voir, c'est à réjouir le cœur des language geeks et des autres car des lecteurs d'un peu partout envoient des expressions pas seulement en anglais mais dans d'autres langues aussi avec la traduction (anglaise, obviously). Et moi, j'aime les expressions en français et en anglais, parce que malheureusement je ne maîtrise l'argot que de ces deux langues là. En français, il y en a tant "il faut pas pousser Mémé dans les orties, surtout quand elle est en short", "avoir les doigts de pied en bouquet de violettes" (se la couler douce) et, avec une spéciale dédicace à mon (défunt) grand père, "parle à mon cul, ma tête est malade".
    Dans les commentaires de l'article j'en ai repéré deux que j'aime bien :
- "It ain't over 'til the fat lady sings" (c'est pas fini tant que la grosse dame n'a pas chanté, peut-être une référence à l'opéra, qui sait) qui d'après un lecteur américain signifie à peu près la même chose qu'il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué,
- une expression bien British pour faire bonne mesure (commentée par Lynneguist de Separated by a common language ici, d'ailleurs), "she's all fur coat and no knickers" (elle est toute manteau de fourrure et pas de culotte) pour faire référence, selon les sources, soit à quelqu'un de superficiel, soit à quelqu'un qui semble élégante au premier coup d'œil mais qui est de mœurs légères.
    Si vous avez des expressions préférées, en français ou en anglais, n'hésitez pas, celui qui me donne la meilleure* recevra une médaille en chocolat.
    Une dernière pour la route en direct du monde de l'éducation (copyright O.M.), pour désigner les zones très sensibles où les élèves sont durs, les résultats faibles et l'urbanisme très détérioré, "Montfermeil**, c'est un coin à champignons".


*Juge moi, Huissier chargé du respect des règles du concours moi, présentateur à moumoute et dentier donnant les résultats du grand concours, moi.
** Disclaimer : je n'ai rien contre la charmante bourgade de Montfermeil, peut-être que les élus municipaux ont un super programme de rénovation urbaine. C'est juste pour donner un exemple, hein. Bon en attendant, bon courage aux collègues qui y bossent et aux élèves qui y rament.

--------------------------------------------
edit
Après vérification notamment sur la page obligeamment indiquée par Chewie en commentaire, il semblerait qu'une meilleure traduction française de "it ain't over 'til the fat lady sings" soit "rien n'est encore joué".

Publié dans Le bazar des langues

Commenter cet article

jB 01/02/2010 11:42


very good ones Sandra, Here is another one;
"sweating like a lesbian in a fish shop"

Celle la est limite racontable meeh incroyable. Inventée par la venerable pour sa brutalité linguistique Nancy Newnham.
Est ce publiable sur le blog?


Sandra 01/02/2010 13:48


J'aime assez. Quant à savoir si c'est publiable au sens pas trop olé olé, je ne vais pas commencer à faire les mères la pudeur ici, ce n'est pas mon genre. Maintenant le truc qu'il faut savoir
c'est si c'est Lucy qui l'a inventée ou si c'est une expression idiomatique existant en Angleterre.


Abie 27/08/2009 16:26

J'avoue une certaine affection pour la toute bête locution "branle-bas de combat" :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Poste_de_combat#.C2.AB_Branle-bas_de_combat_.C2.BB_ou_.C2.AB.C2.A0Branlebas_de_combat.C2.A0.C2.BB

Vaurien 13/08/2009 11:17

Tiens donc, moi qui croyais que c'était une référence à Harry Potter...

Personnellement, j'aime bien la réponse anglophone sarcastique "Is the Pope a Catholic?" à une question évidente. (Je remarque que quelqu'un en a donné une version moins présentable dans les commentaires du Guardian..)

ch 09/08/2009 13:04

"To have a butterfly in the tommy" when a race starts ...

Chewie 09/08/2009 00:53

Je ne résiste pas à l'idée de donner une référence sur mon idiome préféré dans cette page. En précisant que moi aussi, j'étais persuadé que c'était l'opera...
http://www.worldwidewords.org/qa/qa-ita1.htm

Sandra 09/08/2009 01:56


Merci Chewie pour la référence. Une bonne adresse de language blog de plus ...