Œnologie, jargon ou dialecte

Publié le par Sandra

    Ah non, c'est trop fort. Je suis en plein milieu d'un gros contrat de traduction et j'avais donc décidé de faire la grève du blog malgré les deux ou trois sujets bloggable que j'avais sous le coude, mais c'en est trop.
    Comme tout un chacun, j'ai un moment d'incrédulité quand j'entends des sommeliers du dimanche ou des amateurs de tous les jours prononcer des énormités comme "Ce vin a un nez de kiwi"*. Comme tout Français qui se respecte, quand le sujet vient sur le tapis, je m'empresse de ridiculiser ce jargon et de proclamer haut et fort que, moi, le vin, je le bois, je ne le commente pas à la manière d'un séminaire de creative writing. Les Anglais, qui sont des Français comme les autres, ont apparemment la même réticence à débiter des conneries sur ce qui n'est après tout que de la picole si exaltée soit-elle. Par ailleurs, les Anglais ont un sérieux complexe d'infériorité sur la gastronomie (un de mes sujets bloggable qui devra attendre) et donc n'osent pas se lancer dans l'épilogage dissertatif sur la tenue en bouche du Sauvignon. Sans compter que leur réserve naturelle (autre sujet bloggable) leur fait restreindre les allusions à quelque cuisse que ce soit en public. Enfin, les Anglais, qui sont des occidentaux comme les autres, sont bourrés de névroses qu'une bonne guerre résoudrait sans doute immédiatement et sont donc vulnérables au marketing-à-la-conTM. Tout ceci nous amenant à cela : la chaîne de grande distribution Spar a trouvé la solution, elle rédige maintenant en dialecte britannique local les étiquettes de son vin (vous savez celle qui semble invariablement indiquer que le vin rouge est boisé avec des arômes de fruits rouges et que vous devez le boire avec la viande rouge, blanche, la charcuterie, le fromage et certains poissons, bref, avec tout).
    C'est un article du Guardian bien sûr qui m'a mise sur la piste du truc. Je n'ai pas réussi à trouver en ligne le texte dans toutes les versions, si quelqu'un le trouve et me l'indique, je lui en serais éternellement reconnaissante.
    Me voilà donc embarquée à essayer de comprendre la version du Somerset, qui correspond peu ou prou au parler local bristolien. Et là, ça se corse parce que je ne comprends pas tout. Emmerdant si je veux un jour acheter du Merlot à 4,99 £ la bouteille au Spar du coin en me fiant à l'étiquette (Qui a dit "improbable" dans le fond ?). Bref, décodage en britannique commun et tentative de traduction, comme je peux avec appel à la sagacité publique pour certaines parties :
"Alright my luvver, eers one helluva Merlot.
Alright my love**, here is one hell of a Merlot.
OK, chérie, voilà un Merlot de la mort.
Be stinkin hummin a sivvies thar be bleddy ansome wi yaw croust or oggy.
It is  a ?    ?  ?     that is bloody handsome with your ? or ?.
(edit 13/11/09 "with your pie or your Cornish pasty)
C'est un ??? qui est sacrément bon avec ta tourte ou ta cornish pasty
Purfect ta share wi yaw pardy as i' aiin ta eavy.
Perfect to share with your party (?) as it isn't too heavy.
Parfait à partager avec tes amis/dans une soirée (?) car il n'est pas trop lourd.
Mygar be a purdy wine! Churs!"
My god***, this is a pretty wine ! Cheers! (edit 13/11/09 : conformément au commentaire de Vaurien, purdy pour pretty)
Bon dieu, c'est un joli vin ! Santé ! (ou merci ou au revoir ou pardon ou prego).

    L'article donne aussi des extraits de la version liverpudlienne, écossaise et de Newcastle. En attendant l'assistance d'un vieil herboriste de Shepton Mallet, de John Lennon, qui, comme chacun sait et comme Elvis Presley, n'est pas mort, d'une maquerelle glaswegian et d'un linguiste spécialisé en xéno-phonétique pour déchiffrer les parties les plus obscures de cette documentation, savourez ce délicieux Merlot à 4.99 £ et à la cuisse charpentée mais pas trop lourde.

* J'aime particulièrement cet exemple parce qu'il procure de l'incrédulité à tiroirs : d'abord "ah bon, ça a un nez les kiwis ?" puis "ah bon, ça sent quelque chose le kiwi ?" puis "ah bon, c'est censé être bon, le kiwi ?".
** Ça, j'ai l'habitude, tout le monde, de la caissière à peine pubère de la supérette du coin au responsable de la poste en passant par mon voisin, m'appelle comme ça. Plutôt, sympa en fait.
*** (edit 13/11/09) sachant que le dialecte du Somerset est sensé être rhotique, comme dans tout le West country, sauf que pas là pour des raisons compliquées qui font des phonéticiens les physiciens des particules de la linguistique, et de toute façon le r est assez doux, -ar ici sert surtout à noter ce qu'on verrait bien écrit -ah ailleurs.

Commenter cet article

Vaurien 28/10/2009 16:13


"Purdy", je dirais que c'est "pretty", comme chez Faulkner. Ce dont il n'y a pas à se vanter, si vous voulez mon avis...