Les joies du supermarket

Publié le par Sandra

    Aujourd'hui, MLAM et moi avons eu le plaisir de tester le supermarché local, de la chaîne Asda. Une de mes grandes inquiétudes, depuis qu'on a décidé de venir s'installer en Grande Bretagne, était ce qu'on allait pouvoir manger. J'avais des cauchemars où je me voyais errant dans les rayons d'un supermarché remplis de toutes les sauces possibles et imaginables, de tous les types de produits organiques (je ne dis pas nourriture parce qu'avec ce qu'il y a dans certains emballages, ce serait de la publicité mensongère) frits et de rangées interminables de haricots secs à la sauce tomate (yerk!). La réalité n'est pas aussi effrayante, mais les Anglais ont définitivement un souci avec leur marketing et leur (absence de) tradition culinaire.
    En vrac, quelques anecdotes sur ce qu'on a trouvé.
- Une grande inquiétude britannique, la contagion par tous ces horribles germs qui pourraient s'introduire dans leur corps, par exemple par la bouffe ( pourquoi croyez-vous qu'ils mettent Arnulphe, votre poisson rouge, en quarantaine si vous essayez de passer la frontière avec lui). Donc, ils mettent des étiquettes individuelles avec date de péremption sur les navets en vrac. Comme ça, si votre navet dépasse la date, vous pouvez le passer à l'eau de javel ou l'incinérer dans la chaudière avant qu'il ne vous transforme en français.
- Les Anglais sont complètement world aware maintenant et ils ont un rayon "continental cheese" où ils sont fiers d'afficher des vrais fromages de vrais régions d'Europe : et c'est le drame, parce que personne ne leur a dit que l'emmenthal français, normalement, ne vient pas de Bretagne.
- Enfin, on a parcouru méthodiquement toutes les allées du supermarché, et on peut vous garantir qu'il est rigoureusement impossible de trouver des poireaux qui ne soient pas calibrés, déjà épluchés et en sac plastique.
    Heureusement qu'on vit dans un coin qui a l'air assez bobo où il y avait justement aujourd'hui un farmers market.
Bon, c'est pas tout ça, mais j'ai des navets non périmés sur le feu, moi.

Publié dans Qu'est-ce qu'on mange

Commenter cet article